Silence: la puissance de Martin Scorsese

Martin Scorsese fait partie de ces réalisateurs qu’on ne présente plus. Monstre sacré du cinéma, ses films sont toujours très attendus par les cinéphiles et les critiques. Après son fameux [Le] Loup de Wall Street qui avait fait l’unanimité en 2013, il revient aujourd’hui avec un film fascinant et essentiel: Silence. Retour sur le film de trois heures le moins abordable de la filmographie du réalisateur de Casino.

Silence fait parti de ces films qu’on ne peut oublier. Il est à la fois une leçon en terme d’images, de photographie mais également en terme de réflexion notamment dû à un sujet complexe et difficile à aborder: la foi. Je n’ai pas utilisé le terme « religion » mais « foi » car pour ma part je pense que le film ne s’arrête pas à une réflexion uniquement religieuse mais s’étend également vers l’humain et la communication. En effet, Silence se déroule en 1640, durant l’Inquisition japonaise envers les chrétiens européens venus propager leur religion au pays du soleil levant. Deux moines portugais Sebastiao Rodrigues -interprété par Andrew Garfield– et Francisco Garrpe -interprété par Adam Driver-, se chargent d’une mission périlleuse: celle d’aller chercher le prêtre Cristovao Ferreira -interprété par Liam Neeson– qui aurait apostasié -c’est-à-dire qui aurait renoncé à Dieu- suite aux persécutions japonaises. Le synopsis laisse penser que Martin Scorsese qui, je le rappel, devait devenir un homme d’église dans son plus jeune âge, fait l’apologie de la religion catholique laissant penser que les japonais en persécutant les fidèles sont alors des êtres abominables. Pourtant le réalisateur italiano-américain prend à contre courant la première lecture que l’on pourrait faire du film en plaçant de manière très juste les deux groupes opposants. Il ne glorifie ni l’un ni l’autre, il laisse les personnages évoluer en questionnant sans cesse leur foi. Une foi qui les amène l’un et l’autre -toujours les deux groupes c’est-à-dire les japonais bouddhistes et les portugais catholiques- à se persécuter moralement et physiquement. En prenant deux religions qui semblent être totalement opposées -l’une basée sur la nature, les sciences et l’autre basée sur l’être divin- Scorsese aborde un autre thème: la culture. La culture de l’autre évidemment. Les moines portugais veulent propager ce qui leur semble être la « vérité absolue » dans une culture dont ils ne savent rien -les deux moines ne cherchant pas une seule seconde à apprendre la langue et la culture japonaise- et les japonais en persécutant violemment les catholiques sous prétexte qu’ils ne sont pas comme eux. Bien que les japonais massacre physiquement les catholiques, les catholiques eux enfin surtout les moines laissent les autres se sacrifier et donc par extension ils massacrent également. Ils peuvent être alors perçus comme des anti-Jesus puisque selon les textes religieux, Jésus ce serait sacrifié pour le peuple.

silence-martin-scorcese-1

Martin Scorsese pointe un sujet intemporel et encore d’actualité: celui de l’intolérance entre les religions et les cultures. Le film suscite de nombreuses couches de lecture. La première étant celle de la religion et puis une autre celle de la communication. Tout comme Denis Villeneuve prend le contexte d’une « invasion » extraterrestre dans Arrival pour parler de la communication entre les différents peuples terrestres, Martin Scorsese prend un contexte passé mais faisant écho à notre époque. Le mot « silence » prend alors tout son sens. Non seulement parce qu’il fait référence au silence religieux -lors des prières, du recueillement mais également pour le silence divin puisque Dieu ne répond jamais- mais également pour ce silence faisant référence à la non-communication entre les deux groupes. Deux groupes ne sachant vivre en harmonie à cause de leur aveuglement constant. Mais Scorsese ne s’arrête pas au fait de passer un message de tolérance puisqu’il le montre avec le personnage de Ferreira qui, en remettant sa foi en question, a toléré les autres humains mais également les autres modes de croyance -la nature, les sciences-.

gala-video-la-bande-annonce-de-silence

Film violent et dur de par son propos mais également de par sa compréhension et sa réception. Martin Scorsese offre avec Silence une contemplation -au sens regarder pas au sens admirer- et une réflexion sur la foi. Avec la prestation remarquable de ses acteurs, une photographie dépaysante et un scénario abouti Martin Scorsese offre un message cinématographique dépassant celui de la fiction. Un film audacieux et essentiel qui rejoint l’admirable filmographie d’un des plus grands réalisateurs de l’histoire du cinéma.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s