Le Voyage d’Arlo: Pixar laisse son empreinte

Six mois après le succès de Vice Versa, Pixar revient avec de nouvelles émotions à travers une histoire d’amitié touchante. Vous êtes vous déjà posé la question: et si les Dinosaures existaient encore? Et bien, Pixar, oui. 

Et ça donne une histoire d’amitié entre un petit garçon resté à l’état primitif et un dinosaure éduqué. Un bel inversement qui animalise l’homme et humanise l’animal. Malgré son manque d’originalité, une amitié entre un petit garçon et un animal, Pixar signe un très bon film d’animation dans la lignée de son histoire.

giphy4

 

Il faut dire qu’avec Vise Versa, Pixar avait mit la barre très haute. Une histoire originale, complexe et recherchée: c’est en grande partie ce que Vice Versa offrait. Ici, avec Le Voyage d’Arlo, Pixar revient avec une histoire d’amitié plutôt classique mais très touchante. Une histoire qui m’a beaucoup émue et qui, malgré tout, n’est pas comparable à Vice Versa.

giphy10

Arlo, un jeune dinosaure peu dégourdi se retrouve seul face à la nature et un petit être sauvage très attachant. Une amitié qui naît à travers des émotions puisque ils ne parlent pas le même langage. A travers des paysages somptueux -de véritable photographies- et spectaculaires, nous suivons les aventures de deux amis que tout opposés et auxquels on s’attache beaucoup, Arlo et Spot. Avec sa remarquable réalisation, Pixar, touche la famille dans son ensemble avec une histoire très touchante et quelques passages très drôles comme lorsque Arlo et Spot mangent des fruits pourris et qu’ils se retrouvent à délirer. Un humour très neuf et moderne pour Pixar qui nous a habitué -tout comme Disney–  à des gags plus enfantins.

giphy7

Malgré l’humour présent, c’est en grande partie la tristesse qui m’a submergé. Notamment car l’histoire commence véritablement lorsque le papa d’Arlo meurt d’un accident qui ressemble fortement à celui de Mufasa, le père de Simba, dans Le Roi Lion -référence confirmée ou non c’est un triste clin d’œil pour les fans – Une mort peu attendue étant donné que c’est la première fois que Pixar montre la mort d’un parent qui d’ordinaire est plutôt suggérée ou laissée en questionnement comme dans Toy Story ou Là-Haut par exemple où dans un cas le père n’est jamais apparu et où dans l’autre la mère n’est pas mentionnée -ne sachant pas si à la fin c’est véritablement la maman de Russel qui se trouve à la remise des badges –

giphy6

 

Les émotions chez Pixar on connait ! Tout comme les voyages puisque nous avons déjà eu le droit dans Là-Haut ou Nemo où les personnages sont amenés à traverser tout une partie d’un pays pour retrouver un membre de leur famille -sauf dans Là-Haut– alors en effet, Le Voyage d’Arlo manque un peu d’originalité au niveau du scénario mais là où il tire son épingle du jeu c’est au niveau de l’esthétique.

giphy8

Les paysages…c’est véritablement ce qui m’a bluffé dans ce voyage. Des paysages à couper le souffle où la question « c’est réel ou pas? » se pose bien plus d’une fois. Alors certains diront que ce n’est pas suffisant et que ça ne remplacera jamais un bon scénario…mais personnellement pour moi tout ça crée un bel ensemble, une belle harmonie et une histoire touchante qui, en cette fin d’année, sera se faire aimer des petits comme des grands.

 

Publicités

2 réflexions sur “Le Voyage d’Arlo: Pixar laisse son empreinte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s