Festival International du Film d’Amiens: Un Lundi entre larmes et rires !

Lundi 16 Novembre, malgré la tristesse et la colère d’un week-end cauchemardesque suite aux tragiques événements qui ont touchés ma tendre capitale, je repris le chemin du FIFAM le coeur lourd. 

15305284
Para minha amada morta – Aly Muritiba – 2015

C’est avec un premier film, Para minha amada morta, réalisé par Aly Muritiba (2015) que je commence cette journéeCe thriller brésilien, en compétition cette année, retrace le parcours d’un homme élevant seul son fils après la mort de sa femme. Esthétiquement parfait, les couleurs sombres se mêlent à la lumière d’un soleil couchant d’été, d’un lampadaire une fois la nuit tombée ou encore des premiers rayons d’un soleil levant. C’est avec une grande émotion que le spectateur découvre avec cet homme, à travers une cassette vidéo de sa défunte femme, une relation passionnelle et extra conjugale inconnu jusqu’ici. Un passé que ce veuf va chercher à découvrir de plus près poussant parfois le vice. A travers cette histoire bouleversante nous découvrons comment un homme arrive à faire le deuil d’un passé tout autre que celui qu’il avait imaginé. Parfois un peu long, le film tire tout de même son épingle du jeu grâce à un suspens garder durant tout le film. La musique est ponctuée de longs silences indispensables pour ressentir au mieux les fortes émotions du personnage. Un suspens et une histoire sombre qui fait de ce film un excellent thriller psychologique. Thriller qui a toutes ses chances pour remporter le prix du meilleur long métrage !

Après ce long métrage place au premier programme de courts métrages en compétition. Au programme quatre courts métrages complètement différents mais incroyablement bons.

514320024_640
Alles wird gut – Patrick Vollrath – 2015

VARICELLA ( Varicelle) – 2015

Un court métrage italien de Fulvio Risuleo. Une mère s’inquiète pour son fils qui a dix ans n’a toujours pas eu la varicelle alors que tous ses camarades de classe l’ont eu. La mère décide alors de contaminer son fils afin de l’épargner une fois adulte. Mais lorsque celle-ci décide d’en parler à son mari, il est abasourdie par ce plan sordide et déclenche une dispute au sein du couple. Une situation qui tire les rires et l’ahurissement des spectateurs. Un bon court métrage avec une histoire qui se tient et une chute digne de ce nom.

PROVAS, EXORCISMOS ( Preuves et Exorcismes) – 2015

Court métrage portugais de Susana Nobre. Engagé pour la cause ouvrière, ce court métrage très symétrique aussi bien à l’image avec des plans très droits, très bien cadrés que dans l’histoire puisque ces images sont le reflet des gestes répétés des ouvriers, est un véritable « hommage » pour ces gens de l’ombre parfois incompris par certaines classes de la société. Malgré tout le court métrage est un peu long et parfois les plans se succèdent moins bien que d’autres.

LE REPAS DOMINICAL – 2015

Court métrage d’animation français de Céline Devaux. Dynamique par son montage et la voix off, ce court métrage satirique qui tire le rire grâce à la situation universelle et intemporelle (un repas dominical en famille) mais moderne grâce au personnage principal masculin qui est doit faire face aux réflexions et questions de sa famille sur son homosexualité, ses études et sa vie en général… »une famille normale » reflet d’une société conventionnelle et politiquement (trop) correcte.

ALLES WIRD GUT (Tout ira bien) – 2015

Court métrage allemand/ autrichien de Patrick Vollrath. C’est mon coup de cœur de cette compétition ! Un court métrage riche en émotions avec une histoire bien construire, qui se tient du début à la fin et des acteurs incroyables. Une situation de départ commune à notre époque:deux parents divorcés se partagent la garde leur petite fille qui évolue peu à peu en une situation réaliste mais rare: le père décide d’enlever sa fille en l’emmenant à l’autre bout du monde. Un récit touchant où le personnage complexe du père le pousse, par amour, à commettre un acte irréparable.

BILLY THE BULLY (Billy la brute) – 2014

Court métrage belge de Wannes Destoop. La cruauté des enfants envers un enfant n’est malheureusement pas une situation inédite. C’est ce que vit tous les jours le jeune Billy dans son établissement scolaire. Pas assez bien pour être populaire selon la société, Billy va pourtant tout faire pour se faire accepter. Un personnage qui va alors connaître la complexité d’un monde mauvais. Court métrage aux couleurs éclatantes qui sont à l’opposées des actes faits par les personnages.

kfm2
Hamburger Film Sandwich – John Landis – 1977

Pour finir la journée sur une note positive je me suis rendu à la projection d’un film complètement fou de John Landis, Hamburger Film Sandwich (The Kentucky Fried Movie) sorti en 1977. Un film qui a inspiré grand nombre d’artistes puisqu’il s’agit d’un « regroupement » de parodies d’émissions de télévision, de films ou encore de publicités. Un ton satirique parfois de mauvais goût qui, cependant, arrive encore à faire rire trente huit ans après. Un film loin d’être étonnant si l’on retrace la carrière du réalisateur John Landis qui aime marier les genres.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s